L'un des avantages d'un déménagement, outre le fait de changer d'adresse et d'environnement, réside dans le grand rangement qu'il génère et les retrouvailles dont on s'amuse (ou pas). Je me suis ainsi aperçue que je faisais des petites collections pathologiques, compulsives. Bien sûr, qui me connait bien sait que je me passionne de manière plus qu'évidente (même si aujourd'hui j'use de subterfuges pour mieux les camoufler) pour les papiers de toutes sortes, les pelotes de toutes couleurs, les tissus de tous imprimés, les stylos, les fils... bon, mais je retrouve aussi après mon tri une famille de poissons rouges petit, moyen, gros, en caoutchouc mais aussi en chair et en arêtes (Max, Fish and Chips), une famille complète de rats (Schleich) mais aussi un vrai hamster (Jules Premier), et des petits cochons (pas encore en vrai) rapportés d'Allemagne (les gluckschwein pour ceux qui connaissent). Ah oui, une famille de cerfs aussi. Ohlala : une autre pathologie ?

Je ne sais pas mais en tout cas les voilà faisant partie dorénavant des petites choses que j'aime voir ici, dans mon nouvel environnement.

La preuve par l'image.

 

image

image